Vous êtes ici : Bienvenue » Documentations » Lutte contre la pauvreté

Lutte contre la pauvreté

  • Evolution de la pauvreté

    Evolution de la pauvreté

    La pauvreté absolue touche 29,6% de la population en 2000 contre 28,9% en 1995.
    L’incidence de la pauvreté est plus forte en milieu rural qu’en milieu urbain En 2000, l ’incidence de la pauvreté en milieu rural est de 33% contre 23,3% en milieu urbain
    Elle est plus accentuée dans les ménages peu instruits et chez les femmes.

    Au cours des cinq dernières années, le gouvernement a donné une forte impulsion aux dépenses sociales qui ont progressé en moyenne de 14% par an. En dépit de ces efforts, les indicateurs sociaux sont encore faibles.

    Seuls 72% ont accès à l’eau potable en zone urbaine et 69% seulement en milieu rural
    Environ 2/3 de la population n’ont pas accès aux services de santé, L’incidence des maladies diarrhéiques (choléra, dysenterie bacillaire, et autres) a augmenté entre 1995-1999 (de 105 à 121 pour 1000 chez les enfants de moins de 5 ans et 46 à 54 pour 1000 dans la population générale).
    La tuberculose gagne du terrain et le taux de prévalence du VIH/SIDA se situe à 4,1% aujourd’hui. La progression de ces maladies est plus importante dans les ménages et dans les zones les plus pauvres.

    Les objectifs du programme du gouvernement pour 2002-2004 qui sont définis dans le DSRP, s’inscrivent comme une étape dans la réalisation des objectifs de réduction de 50% de la pauvreté d’ici à 2015. Ils reposent pour la période 2002-2004 sur (i) un taux de croissance du PIB réel autour de 6% en moyenne, soutenu par un taux d’investissement brut moyen supérieur à 20% du PIB contre 19,3% en 2001, (ii) un taux d’inflation en dessous de 3%, et (iii) un déficit budgétaire soutenable autour de 4% du PIB (hors dons et PPTE).

  • Besoin de financement 2002-2004

    Besoin de financement 2002-2004

    Le programme du gouvernement est sous-tendu par un taux de croissance moyen du PIB réel de 6% par an, en vue d’atteindre les objectifs de réduction de la pauvreté fixés pour la période 2002-2004. La réalisation du programme nécessite la mobilisation de ressources extérieures d’un montant global de 664,8 milliards FCFA. Ces besoins seront financés par des apports de capitaux privés à hauteur de 133,7 milliards de FCFA, et 490,3 milliards de FCFA pour le secteur public sous forme de dons et de prêts identifiés et d’allègement obtenu sur la dette.

    Au total, les politiques macroéconomiques, sans avoir un impact positif suffisant sur la pauvreté, ont permis de la maintenir à un même niveau entre 1994 et 1999. En effet, l’incidence de la pauvreté est passée de 28,9% en 1994 à 29,6% en 1999, soit une variation de 0,7 point en cinq ans. Le revenu annuel moyen par tête s’est accru à un rythme assez faible aussi. Il est passé en effet de 106,0 milles F CFA en 1990 à 242,8 milles en 2000, soit une augmentation moyenne de 8,6% par an au cours de la décennie 90.

    La prise en charge des indigents et pauvres s’est effectuée ces dernières années à travers des subventions accordées par l’Etat pour faciliter l’accès de cette catégorie sociale aux services d’éducation et de santé. C’est ainsi que pour réduire les incidences de l’augmentation des prix de produits pétroliers en l’an 2000, le gouvernement a alloué une dotation de 1 milliard pour la santé et l’éducation. Ces fonds ont permis d’exempter les parents d’élèves du paiement des droits de scolarité dans les écoles publiques et d’approvisionner les centres de santé en produits pharmaceutiques sous nom générique.

  • Tableaux et Graphiques

    Tableaux et Graphiques

    Années

    Incidence de la pauvreté 
    (Par équivalence adulte)

    IPH

    Degré de pauvreté

    1995

    2000

    Tendance

    2002

    Alibori

    23,60

    28,34

    -

    44,0

    Très pauvre

    Atacora

    50,79

    23,28

    -

    44,9

    Très pauvre

    Atlantique

    30,96

    32,09

    -

    30,5

    Non pauvre

    Borgou

    20,03

    48,52

    -

    38,7

    Pauvre

    Collines

    33,64

    25,49

    -

    36,6

    Pauvre

    Couffo

    54,33

    47,53

    -

    39,4

    Pauvre

    Donga

    13,47

    29,47

    -

    41,8

    Très pauvre

    Littoral

    24,02

    24,60

    -

    17,0

    Riche

    Mono

    30,00

    17,53

    -

    32,6

    Non pauvre

    Ouémé

    17,21

    26,15

    -

    29,9

    Non pauvre

    Plateau

    30,49

    31,83

    -

    39,8

    Pauvre

    Zou

    24,73

    16,25

    -

    32,7

    Non pauvre

    Bénin 
    Bénin (par tête)

    30,40 
    29,00

    31,20 
    26,50


    -

    36,6 
    -


    -

     

     

    <aside style="display: block; padding: 0px 0px 0px 23.0938px; margin: 0px;">

    </aside>

    Indicateurs de pauvreté

    Intitulés

    1990

    1991

    1992

    1993

    1994

    1995

    1996

    1997

    1998

    1999

    2000

    PIB par tête (en millier de FCFA)

    106,0

    108,5

    113,3

    115,2

    156,1

    183,2

    200,7

    216,0

    228,7

    238,6

    242,8

    Variation du PIB par tête (%)

    1,67

    2,44

    4,76

    1,96

    40,86

    27,11

    17,49

    15,31

    12,76

    9,84

    4,24

    Incidence de la pauvreté

    -

    -

    -

    -

    28,9

    -

    -

    -

    -

    29,6

    -

    Tableau : Impact global des politiques macroéconomiques sur la pauvreté
    source : document de travail n°01/2001 CAPE, décembre 2002.